PARTAGER
Félicien Sékongo, porte-parole des ex-Forces nouvelles

Sékongo Félicien, pro-Soro: « L’émergence est impossible dans la belligérance », « la réconciliation sous Ouattara a échoué »

Alors que l’Union des soroïstes (Uds) faisait sa sortie à l’hôtel Belle Cote, ce samedi 8 juillet 2017, Félicien Sékongo, un fidèle conseiller de Guillaume Soro et président du grand conseil de Mvci, (mouvement politique) donnait une conférence de presse au Plateau-Dokui.

« Il est impossible d’inviter les Ivoiriens à la réconciliation pendant qu’on bafoue leur dignité. Les emprisonnements, le harcèlement judiciaire, les intimidations doivent cesser. L’émergence est impossible dans la belligérance. Elle doit être construite par tous les Ivoiriens. Il faut prendre des dispositions qui favorisent le climat de confiance », a fait valoir le conférencier qui affirme sans ambages que la réconciliation sous Ouattara a échoué. « Certains politiciens avancent que la perte du pouvoir équivaut à l’exil. Si les gens pensent que l’exil plane, c’est que la réconciliation n’est pas encore effective », a-t-il justifié faisant référence à une déclaration du secrétaire général par intérim du Rdr (parti au pouvoir) devant les alliés du Rhdp.

Tirant les conséquences de cette analyse, Sékongo Félicien dit craindre pour les élections de 2020. « Il faut craindre les élections à venir et nous ne sommes pas les seuls à les craindre. Tout le monde a peur de l’avenir parce que tout le monde a conscience de ce que la réconciliation n’est pas effective », fait-il observer.

Pour l’ancien membre des forces nouvelles, trois étapes sont à observer pour le processus de réconciliation : garantir la sécurité des survivants de la guerre – faire une sorte de mémoire de toutes les crises et enfin appeler à la repentance et au pardon pour la réconciliation.

Auparavant, il a fait cette recommandation dans son propos liminaire : « Que les politiciens de tout bord intègrent le besoin de quiétude que le peuple leur renvoie. Que la vaillance avec laquelle nous nous sommes opposés nous habite pour mener le combat de la réconciliation. Que les politiciens comprennent qu’avant leur projet politique, ils se doivent de satisfaire le besoin de réconciliation des Ivoiriens ».

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire