PARTAGER
Les étudiants reçus par les ministres François Amichia, Sidi Touré et Maurice Kouakou Bandama pour discuter de leur délogement. Photo D.Tagro

Les étudiants résidents au campus de l’université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan/Cocody seront « relogés » dans des cités universitaires pour céder leurs chambres aux quatre mille participants des Jeux de la Francophonie prévus pour se tenir en 2017 en Côte d’Ivoire, a annoncé lundi le comité d’organisation de la compétition.

Le ministre ivoirien Bandama Maurice avec quelques étudiants
« Nous proposons de reloger les étudiants résidents au campus de Cocody dans les cités universitaires de Mermoz, de la Rivriera 2 et la cité rouge » d’Abidjan, a annoncé François Alla, président du comité national des Jeux de la Francophonie au cours d’une rencontre avec des associations d’étudiants résidents au campus de Cocody.

Les étudiants devraient retrouver « de manière systématique » leurs chambres à l’issue de la compétition, l’une des doléances des associations des résidents du campus de Cocody, a indiqué M. Alla.

La rencontre à laquelle ont pris part les ministres de la Culture et son collègue des Sports, entre dans le cadre du dialogue entamé par le gouvernement, le comité d’organisation des Jeux de la Francophonie à Abidjan avec ces différentes associations face au refus des résidents du campus de cocody de céder leurs chambres aux athlètes.

La décision du gouvernement d’évacuer les résidences universitaires, dont la rénovation permettra d’accueillir les athlètes des jeux de la Francophonie en juillet 2017, avait provoqué en avril des incidents entre des étudiants et la police faisant plusieurs blessés.

La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) avait dans la foulée lancé « une grève de cinq jours renouvelables » pour protester contre la réquisition des chambres universitaires.

Le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandama a dénoncé « une campagne d’intoxication » menée par certaines personnes dans les cités universitaires.

« L’Etat n’entend pas livrer ses enfants à une forme de précarité et de souffrance », a-t-il déclaré face aux responsables des associations des étudiants résidents au campus de Cocody ajoutant que l’organisation de ces jeux en Côte d’Ivoire « pays hospitalier » est une occasion pour les Ivoiriens de « montrer leur humanisme ».

La Côte d’Ivoire a pris l’engagement d’organiser ces jeux parce que « la participation financière des pays majeurs des pays de la francophonie nous permettra de faire des aménagements sur le campus qui resteront », a dit pour sa part le ministre ivoirien des Sports, François Amichia.

Ulrich Zouan, l’un des présidents des associations a quant à lui assuré être « ouvert au dialogue » mais appelé le gouvernement ivoirien a consenti « des sacrifices » face à leurs doléances.

Le Premier ivoirien, Kablan Duncan devrait se rendre dans « deux semaines » au campus de Cocody en vue de rencontrer les étudiants, a annoncé M. Bandama à la fin de la rencontre.

LIB

Alerte Info

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire