PARTAGER
Abidjan. Procès de l`ancienne première dame de Côte d`Ivoire Simone Gbagbo à la Cour de justice pour crimes contre l`humanité

L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, a plaidé mardi non coupable à l’ouverture de son procès à la Cour d’assises pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, commis lors de la crise postélectorale de 2010-2011, au palais de justice du Plateau, le centre des affaires d’Abidjan.

« Je ne me reconnais pas dans les faits de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre », a déclaré Mme Gbagbo au juge à la barre, après avoir renseigné la Cour sur son identité et sa profession.

Arrivée à 10h40 min GMT sous les ovations de ses partisans, elle est apparue souriante, vêtue d’une robe aux motifs fleuris avec de longues tresses, à l’ouverture de son deuxième procès.

Selon l’acte d’accusation, Simone Gbagbo avait une « place influente au sein du régime » de son époux et une « très grande emprise sur les partisans » de l’ex-président ivoirien.

Déjà condamnée à 20 ans de prison en mars 2015 pour « atteinte à la sûreté de l’Etat », il est reproché à l’ancienne Première dame d’avoir pris part à une « cellule de crise » lors de la crise-postélectorale qui a conduit entre autres au bombardement de plusieurs femmes qui manifestaient lors d’une marche à Abobo (nord d’Abidjan) et à la mort d’un Imam à Williamsville (nord d’Abidjan).

MYA

Alerte Info

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire