PARTAGER
« Aujourd’hui, si Guillaume Soro contracte une petite toux, certains rapidement diront : c’est Hamed Bakayoko. Si ce dernier se lève un matin un peu tard et dit qu’il a froid, d’autres iront courir les rues: Guillaume Soro a « gbassé » Hamed Bakayoko ! »
Dans ces mêmes colonnes du « Nouveau Réveil », il y a quelques jours nous avons eu à mettre le doigt sur des comportements qui fragilisent les instructions de nos leaders, à savoir, le chef de l’Etat Alassane Ouattara et, comme on a l’habitude de le dire, son aîné et conseiller (le Pca de la Côte d’Ivoire), Henri Konan Bédié du Pdci-Rda et président du présidium des partis du Rhdp. Au risque de nous répéter, il faudrait, chaque fois que chacun de nous veut poser un acte, se rappeler les raisons profondes qui ont guidé quatre (04) formations politiques ivoiriennes, par ordre alphabétique, le Mouvement des forces d’avenir (Mfa), le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), le Rassemblement des républicains (Rdr) et l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci), à la signature de la plateforme du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp).Nous en voyons trois raisons principalement.
Denis Kah Zion, Denis Kah Zion, Président fondateur des Editions "Le Réveil" est le Président du Conseil d’Administration de la Poste de Côte d’Ivoire, Maire de Toulepleu
Denis Kah Zion, Denis Kah Zion, Président fondateur des Editions « Le Réveil » est le Président du Conseil d’Administration de la Poste de Côte d’Ivoire, Maire de Toulepleu

Premièrement, il y avait l’urgence de freiner et de dégager un régime des refondateurs qui développait des dérives totalitaires. Jusqu’au mercredi 18 mai 2005, date de la signature de la plate-forme du Rhdp à Paris, le sang avait trop coulé en Côte d’Ivoire. On se rappelle, comme si cela datait d’hier, ces 518 morts gratuites de l’opposition ivoirienne pour une marche qui n’avait même pas débuté, le 25 mars 2004. C’est à croire que le régime de nos frères refondateurs était né sous le signe du sang. Il fallait, donc, arrêter, et vite, ces carnages bestiaux et cette hémorragie de sang qui nous ramenaient au temps des Homo sapiens, en pleine jungle. Et, tout simplement, forcer le pouvoir en face à se civiliser. Car, quand même, c’étaient des êtres humains qui mouraient. Le front commun contre le Font populaire ivoirien (Fpi) s’est constitué pour cette première raison. Deuxièmement, à l’analyse, on s’est rendu compte, depuis le coup d’Etat de décembre 1999, qu’aucun parti politique en Côte d’Ivoire ne pouvait à lui seul gagner une élection majeure. Autrement dit, le Rhdp venait de trouver la voie pour gagner la prochaine élection qui se profilait à l’horizon pour arrêter la danse macabre du Fpi.

soro bakLe second objectif de l’alliance des Houphouétistes, prendre donc le pouvoir d’Etat. Troisième piste, le Rhdp signifiait les retrouvailles des enfants et héritiers du premier président ivoirien, Félix Houphouët-Boigny. Quand les enfants du Vieux se réunissent, que peuvent-ils regretter le plus d’avoir perdu ? La paix qui s’est éloignée de notre pays depuis les jeudis, 20 octobre 2000 et 19 septembre 2002. C’est d’ailleurs la préoccupation majeure, ce troisième objectif du Rhdp. Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, lui qui, entre nous, fut chef d’Etat avant les autres, a tellement bien appréhendé le trésor caché dans la paix qu’il a proposé, à son cadet Alassane Ouattara, l’arrangement politique, à travers son Appel de Daoukro, Présidentielle au Rdr en 2015 en attendant 2020. Mais en attendant aussi, il y a les élections intermédiaires : les législatives, les municipales et les régionales et peut-être les sénatoriales. Mais à quoi, assistons-nous ? C’est, du reste, un secret de polichinelle : la guéguerre ou la guerre froide entre le président de l’Assemblée nationale, Soro Kigbafori Guillaume, et le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko, mine le Rhdp et sape tout le travail d’union et d’unité des présidents Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara. Et impacte négativement le travail de ce dernier. On nous parle d’ambition. Quelle ambition !? Y a-t-il plus grande ambition que d’éloigner le spectre de la guerre et de bâtir la Paix ? L’atmosphère devient lourde chaque jour autour du président Ouattara. Aujourd’hui, si Guillaume Soro contracte une petite toux, certains rapidement diront : c’est Hamed Bakayoko. Si ce dernier se lève un matin un peu tard et dit qu’il a froid, d’autres iront courir les rues: Guillaume Soro a « gbassé » Hamed Bakayoko ! Et, pendant ce temps, sur le terrain, des groupes s’organisent pour en découdre.
Mais enfin ! A-t-on oublié qu’on a une famille qui s’appelle le Rhdp ? Même au plan stricto personnel du Rdr, des rouages existent pour se choisir un président de parti ou pour se choisir un candidat ! A quoi bon se presser ? Ceux qui s’agitent, déjà, dans les bases du Rhdp, oublient-ils ce qu’on appelle le vote majoritaire ? Les militants vont trancher. Alors comme ça, on dénigre des frères et des sours de la famille politique parce qu’on a des ambitions ! Mais la vie ne s’arrête pas à une ambition près, surtout que nous voulons bâtir quelque chose de solide, quelque chose de grand qui s’appelle le Rhdp pour ramener la paix définitivement en Côte d’Ivoire. Militants du Rhdp, ayons de la retenue, de la tempérance et de la cohérence dans nos comportements de chaque jour ! Nous devons, chaque jour que Dieu fait, chacun à son niveau, avec ses moyens, consolider le second mandat, (il reste encore quatre (04) ans), du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, et surtout demeurer soudés et forts selon les recommandations fortes de l’Appel de Daoukro du président Henri Konan Bédié.
Le Nouveau Réveil

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire