PARTAGER
À 64 ans, Thomas Manning est le troisième homme à avoir eu une greffe de pénis.
Les chirurgiens du Massachusetts General Hospital de Boston, aux États-Unis, ont réussi à greffer avec succès le pénis d’un patient décédé à Thomas Manning (64 ans), partiellement amputé du sien suite à un cancer en 2012.

Pour Thomas Manning, la nuit du 8 au 9 mai 2016, restera celle où il a retrouvé sa virilité, du moins un pénis entier. Le sien ayant été largement amputé, pour ne lui laisser que 2,5 cm de longueur, quatre ans plus tôt suite à un cancer du pénis. Une maladie rare (environ 2000 cas par an aux États-Unis) mais dévastatrice, car touchant à l’intime. Avant même de quitter l’hôpital, il s’était porté candidat à une greffe future. Il lui aura fallu attendre quatre ans.

Pas de sexe avant plusieurs mois

Selon le Dr Curtis Cetrulo, qui a dirigé l’équipe de chirurgiens de Boston, interviewé par le New York Times : «Si tout se passe comme prévu, Thomas Manning devrait uriner normalement d’ici quelques semaines et reprendre une fonction sexuelle après quelques semaines ou quelques mois». D’autres patients sont aussi en attente d’une greffe, en particulier suite à des traumatismes du pénis, par accident ou lors d’opérations militaires. Un programme a été annoncé en décembre 2015 par le Pr Arthur Burnett, de l’université Johns Hopkins, principalement à destination des militaires ayant subi des lésions génitales sévères (86 entre 2001 et 2013).

La Chine avait ouvert la voie en 2006

Deux premières greffes de pénis ont déjà été réalisées. La première en Chine en 2006, mais le patient, un homme de 44 ans ayant reçu l’organe d’un donneur décédé de 22 ans, avait demandé le retrait après 14 jours, lui et sa femme ne parvenant pas à le supporter psychologiquement. En partie, en raison d’un œdème important, dû, selon les chirurgiens de Johns Hopkins, à l’absence de reconnections de certains vaisseaux dont l’importance n’a été découverte que récemment. En revanche, l’intervention réalisée en Afrique du Sud le 11 décembre 2014, sur un jeune homme de 21 ans s’est bien passée. Il est même devenu père, de façon naturelle, en 2015. Le jeune homme avait été partiellement amputé de son pénis suite à des complications lors d’une circoncision.

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire