PARTAGER
Évaluation de l’état de gouvernance: L’opposition invitée à prendre part au lancement du processus Le président-continental du Mécanisme Africain de l’Evaluation par les Paires (MAEP- continental), le Professeur Mahamoud Youssouf Khayal, accompagné de M. Bernard Konan, président de la Commission nationale du MAEP(CN-MAEP)., ont été reçus en audience, ce mardi 17 mai, à la Riviéra-M’Badon (Cocody), par le président du Front populaire ivoirien (Fpi), le Premier ministre Pascal Affi N’Guessan.

Le président-continental du Mécanisme Africain de l’Evaluation par les Pairs (MAEP- continental), le Professeur Mahamoud Youssouf Khayal, accompagné de M. Bernard Konan, président de la Commission nationale du MAEP(CN-MAEP)., ont été reçus en audience, ce mardi 17 mai, à la Riviera-M’Badon (Cocody), par le président du Front populaire ivoirien (Fpi), l’ex-Premier ministre Pascal Affi N’Guessan, dans le but de l’inviter, lui et les autres partis de l’opposition à prendre part au lancement du processus du MAEP. « Il s’agissait de voir avec l’opposition afin qu’elle joue tout son rôle dans la mise en œuvre du processus du MAEP. Comme le président Affi est le chef de l’opposition, nous lui avons demandé de venir avec lui, tous les autres partis de l’opposition », a fait savoir le président de la CN-MAEP, Bernard Konan.
Pour lui, ce processus consiste à créer une Commission nationale, à prendre des dispositions pour faire de la sensibilisation en allant sur le terrain pour mener les activités d’enquêtes. Et tout cela, dans le but de pouvoir faire un rapport de l’évaluation faite sur l’état de la gouvernance dans « essentiellement » quatre domaines. A savoir, « la démocratie et la gouvernance politique, la gouvernance et la gestion économique, la gouvernance des entreprises et le développement socio-économique».
Il faut souligner que le MAEP, selon M. Bernard Konan, est un « mécanisme qui a été mis en place par l’Union Africaine (UA) pour évaluer l’état de la gouvernance des Etats qui participent à ce mécanisme ».

Alex A (Source : Sercom) L’intelligent d’Abidjan

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire