PARTAGER
Souleymane Diarrassouba,président de l`Association des Professionnels des Banques et Etablissement financiers de Côte d`Ivoire (APBEF-CI).

Les échanges ont tourné autour du thème « Financement des Pme: enjeux, contraintes et opportunités pour le tissu bancaire en Côte d’Ivoire ».

Le président de l’Association des professionnels des banques et établissements financiers (Apbef) invite les starts-up à présenter des projets susceptibles d’être financés par les banques ivoiriennes. « Il faut avoir de l’espoir et taper à la bonne porte. Des possibilités de financement des entreprises débutantes existent », a indiqué, le 14 mai 2016, le président de l’Apbef, Souleymane Diarrassouba, invité de la 9e édition de la « Matinale Esca », tribune d’échanges de l’Association des anciens étudiants de l’École de commerce d’Abidjan de l’Inp-Hb.

Les échanges ont tourné autour du thème « Financement des Pme: enjeux, contraintes et opportunités pour le tissu bancaire en Côte d’Ivoire ». Une des préoccupations majeures soulevées à cette occasion, a été le problème crucial des entreprises naissantes. « J’ai perdu espoir. Les starts-up ont-ils les raisons d’espérer, si nos projets sont rejetés par les banques ? », s’est interrogé un jeune porteur de projet qui se dit gagné par le désespoir parce que les banques refusent de financer son projet.

« Il faut présenter un bon business plan. Les banquiers sont souvent accusés à tort, alors même que les starts-up n’ont pas les capacités nécessaires pour monter de bons plans d’affaires », a déploré le président de l’Apbef. Pour lui, les banques qui font des affaires, ont le droit de jouer la carte de la prudence. Mais, il n’a pas manqué d’exhorter les porteurs de projets à la persévérance. « Il ne faut pas baisser les bras face aux difficultés. Si on croit fermement en son projet, il ne faut jamais l’abandonner mais aller jusqu’au bout », a-t-il conseillé.

Le banquier les a encouragés à s’inscrire dans le dynamisme du gouvernement ivoirien, dans la volonté manifeste de bâtir une Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020, avec une renaissance des Pme basée sur le plan Phoenix. Ce plan doit permettre au pays de disposer d’une masse importante de Pme « compétitives, dynamiques et innovantes », capables de participer au développement social et économique de la Côte d’Ivoire, a rappelé le conférencier.

Marcel APPENA
fratmat.info

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire