PARTAGER
Procureur de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda

Cpi : la Juge Silvia Fernández de Gurmendi, Bensouda et le greffier reçoivent le Prix 2017 des droits de l’homme

Le Président, la Juge Silvia Fernández de Gurmendi; le procureur, le docteur Fatou Bensouda et le greffier, M. Herman von Hebel, recevront conjointement au nom de la Cour pénale Internationale (CPI), le Prix 2017 des droits de l’homme de Stockholm le 20 novembre prochain en Suède, en présence de Leurs Majestés le Roi Carl Gustaf et de la Reine Silvia et un public d’éminents individus en droit international, a appris  ce jeudi, Afrikipresse . Le Prix des droits de l’homme de Stockholm a été créé en 2009 par l’Association du Barreau suédois, l’Association internationale du Barreau (IBA) et le Consortium international d’assistance juridique (ILAC). Il est décerné chaque année à une personne ou à une organisation pour des services remarquables en faveur des droits de l’homme et de la primauté du droit.

Les lauréats de cette année ont été choisis selon l’IBA, compte tenu du travail accompli dans l’avancement de la justice internationale et du respect des droits de l’homme Situé à La Haye, la CPI est le seul tribunal pénal international permanent de dernier ressort, chargé de lutter contre l’impunité pour les crimes les plus graves qui préoccupent la communauté internationale, dans le plein respect des droits de procédure judiciaire des suspects et des accusés. La Cour a été créée lorsque le Statut de Rome – la base juridique pour la création de la CPI – est entré en vigueur le 1er juillet 2002 après sa ratification par 60 États. Dans les années intermédiaires, le nombre d’États parties au Statut de Rome a plus que doublé, actuellement à 124. Grâce à la compréhension et à la coopération entre les pays du monde entier, la CPI est devenue une réalité découlant d’une idée révolutionnaire d’une cour criminelle internationale tenant compte de ceux qui commettent les crimes les plus odieux. Les États parties sont légalement tenus d’arrêter et d’abandonner les suspects de la CPI devant la Cour; le cas échéant, le gel des avoirs et coopérer avec la Cour sous d’autres formes, comme la protection des victimes et des témoins. En l’absence de sa propre force de police ou de son organe d’exécution, la coopération sous-tend le système du Statut de Rome.

Depuis la création de la Cour, le Bureau du Procureur a ouvert dix enquêtes officielles et mène dix examens préliminaires. Jusqu’à présent, plus de 40 personnes ont été inculpées par la CPI pour des atrocités présumées avec un certain nombre de condamnations. Un grand nombre de victimes ont participé aux procédures de la Cour et bénéficient du régime de réparations de la CPI.Ont déjà reçu le prix, Mary Robinson (2016), Prince ZeidRa’ad Zeid Al-Hussein (2015), B’Tselem (2014) Professeur M Cherif Bassiouni (2013) Thomas Hammarberg et European Roma Rights Centre (2012),George Soros et Aryeh Neier (2011)   Navi Pillay (2010) Richard Goldstone (2009).

Philippe Kouhon

Afrikipresse

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire