PARTAGER

Côte d’Ivoire : retrouvons la conscience et le sens des valeurs et des idéaux de la République et de la Démocratie.

Par Dr Alexis Dieth
Professeur de philosophie

Retrouvons la conscience et le sens des Valeurs et des Idéaux de la République et de la Démocratie pour préserver la Côte d’Ivoire d’une nouvelle guerre civile motivée par une guerre absurde de succession et par l’affrontement induit des intérêts particuliers personnels et factionnels.

Remplaçons les allégeances aux individus par des allégeances personnelles aux valeurs et aux principes de la République et de la Démocratie.

Faut-il s’engager politiquement pour défendre des individus et pour idolâtrer des hommes ou faut-il s’engager politiquement pour défendre des idéaux, des valeurs, et pour défendre des hommes dans la mesure exclusive où ils incarnent et défendent sans démagogie ces valeurs ?

Faut-il par fidélité personnelle et amicale continuer à suivre ces individus lorsqu’ils trahissent ces valeurs et les piétinent dans leur conduite quotidienne, ou faut-il s’en démarquer et s’en détacher par fidélité aux valeurs qui ont déterminé notre engagement?

La réponse coule de source. La santé politique d’une société, d’un corps politique, repose sur la capacité de ses membres à s’engager pour les idéaux et les valeurs qui le soutiennent et rendent possible le vivre-ensemble et le respect de la liberté et l’égalité de tous.

Elle dépend de leur aptitude à ne pas sombrer dans le fétichisme, lequel consiste, dans le sens propre du terme, à confondre une entité spirituelle, une valeur avec l’élément matériel ou l’individu particulier qui l’incarne dans le temps.

Lorsqu’un peuple sombre dans cette cécité spirituelle, dans cette incapacité à discerner les valeurs et les principes qui le constituent et l’instituent comme corps politique, il risque la mort et la désintégration.

Livré aux vents contraires du cours du temps, il est la proie facile des aventuriers et des systèmes de pouvoirs en quête de domination.

En Côte d’Ivoire il est pour nous grand temps, en ces temps chaotiques et dangereux, de retrouver cette conscience et ce sens des valeurs et des idéaux qui transcendent les particularités. Il est grand temps pour nous de nous relier aux Universaux, tels la Justice, l’Intérêt général et le Bien commun, qui nous unissent par delà les particularités, telles nos intérêts individuels ou partisans, qui nous divisent. C

ette aptitude à l’interrogation critique et au discernement spirituel et moral est la condition de notre salut collectif.

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire