PARTAGER
Il y a un peu moins d'un an, en août 2016, le président Alassane Ouattara confirmait la création d'un sénat en Côte d'Ivoire, en même temps que celle du poste de vice-président.

La création d’un Sénat devait être l’une des grandes nouveautés de la IIIe République. Pourtant, selon plusieurs sources, les autorités ont décidé de la reporter à 2020, date de la prochaine présidentielle.

Cette chambre haute devait être composée de 120 membres, les deux tiers étant élus et l’autre tiers nommé par le président. Alassane Ouattara envisageait d’y faire siéger des responsables politiques comme l’ex-président de l’Assemblée nationale Mamadou Koulibaly, aujourd’hui dans l’opposition, et l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny.

 

La baisse du prix mondial du cacao, les mutineries des militaires, les revendications salariales des fonctionnaires et le coût qu’aurait engendré l’instauration de cette institution ont poussé le chef de l’État à différer ce projet.

JA

 

 

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire