PARTAGER

Daniel Kablan Duncan vient de faire un pas vers la libéralisation du secteur de l’électricité en Côte d’Ivoire. À la suite de la volonté exprimée par le Chef de l’État le 1er mai dernier, voilà que le Premier Ministre ivoirien met le pied dans le plat en déposant un texte devant l’Assemblée nationale afin que les élus du peuple se prononcent sur cette question cruciale.

Daniel Kablan Duncan a annoncé ce vendredi 13 mai que le gouvernement a déposé un texte devant le Parlement, visant à libéraliser plusieurs secteurs d’activités en Côte d’Ivoire. Ainsi que l’a révélé le Premier Ministre lors d’une conférence de presse : « Un texte a déjà été envoyé par le gouvernement à l’Assemblée nationale consacrant la libéralisation dans tous les secteurs. » Puis, justifie-t-il cette décision comme « un élément important de concurrence et de qualité des prestations ».

À en croire M. Duncan, l’énergie électrique est d’une utilité vitale pour tout pays, voilà pourquoi les autorités s’évertuent à en offrir de meilleure qualité à un prix raisonnable pour la population. Mais depuis un certain temps, une hausse vertigineuse des coûts de l’électricité a créé des mouvements d’humeur qui ont contraint le président Alassane Ouattara à revenir sur sa décision d’ajustement tarifaire sur les factures afin de s’éviter une grogne populaire.

Dans cet élan, le gouvernement ivoirien a entrepris d’examiner de près les conditions de réalisation de cette libéralisation. Au sujet du secteur de l’électricité, le Premier Ministre a reconnu qu’il « faut prendre le temps en fonction des engagements antérieurs, mais aussi des offres ». Car notons que le contrat de concession signé avec la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) arrive à son terme en 2020. Étant donné que les clauses de cette convention ne se prêtent pas à une résiliation anticipée ni même à une concurrence, certains observateurs ont vite fait de dire que cette volonté de libéralisation est une véritable vue de l’esprit.

Les gouvernants s’en sont donc remis à l’Assemblée nationale ivoirienne pour étudier minutieusement la concrétisation de la libéralisation des secteurs, dont celui de l’électricité. De même, pour les factures qui ont augmenté, le gouvernement a ordonné le remboursement de la plus-value au-delà des 10% autorisés en répercutant le surplus sur les prochaines factures. Cependant, la population ivoirienne attend des décisions concrètes de l’actuel pouvoir pour sortir de la paupérisation galopante qui ne fait que l’engloutir.

afrique-sur7.fr

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire