PARTAGER
Environ un millier de dozos (chasseurs traditionnels supposés avoir des pouvoirs mystiques) sont rassemblés depuis quatre jours à Korhogo
Environ un millier de dozos (chasseurs traditionnels supposés avoir des pouvoirs mystiques) sont rassemblés depuis quatre jours à Korhogo

Interdits de chasse pour cause d’Ebola, ses confrères et lui se consacrent désormais à la sécurisation de la population

Environ un millier de dozos (chasseurs traditionnels supposés avoir des pouvoirs mystiques) sont rassemblés depuis quatre jours à Korhogo, dans le cadre des rencontres d’échanges et de sensibilisation qu’organise la confrérie Binkadi Dozo.

« Nous tenons des réunions hebdomadaires, mensuelles et trimestrielles pour pouvoir transmettre toutes les mesures à nos membres », a justifié Bakari Ouattara, secrétaire régional adjoint de cette association qui réclame être « la seule et vraie » confrérie dozo du pays.

Ces rencontres visent à redorer le blason du dozo, terni par des brebis galeuses, a poursuivi M. Ouattara. Parallèlement, elles sont aussi l’occasion de nombreuses consultations et d’autant de soins médicaux traditionnels à certaines populations.

A l’origine, le dozo est chasseur, un homme pacifique, médecin et protecteur du village, de ses habitants et de leurs biens. La confrérie combat le braquage, les vols, l’adultère et l’injustice sous toutes ses formes, a souligné le secrétaire général adjoint de Binkadi Dozo.

Interdits de chasse pour cause d’Ebola, ses confrères et lui se consacrent désormais à la sécurisation de la population dans les localités du nord du pays. A Korhogo par exemple, ils ont réussi à mettre hors d’état de nuire de nombreux bandits.

AIP

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire