Accueil Economie

Côte d’Ivoire-guerre de positionnement: La rivalité franco-allemande renaît sur la lagune

PARTAGER

Côte d’Ivoire-guerre de positionnement: La rivalité franco-allemande renaît sur la lagune

Les deux pays se livrent une concurrence féroce dans le secteur énergique. A grand renfort de lobbying, Paris et Berlin tentent d’emporter les contrats pilotés par le gouvernement via la Société des énergies de Côte d’Ivoire (CI-Energies) dirigée par Amidou Traoré.

La filiale locale d’EDF figure notamment dans la short-list des opérateurs retenus pour la maîtrise d’œuvre de réhabilitation du barrage de Buyo (Sud-Ouest) et d’autres futurs projets. Pour ce chantier, le groupe français a établi un partenariat avec le groupe Artelia Worldwide solidement implanté au Rwanda. EDF s’appuie pour sa politique d’influence sur son directeur exécutif Simone Rossi. Tractebel Engineering, la filiale locale d’Engie, suit de près l’évolution du secteur tout comme des consortiums tels Socotec/Sofredo ou encore Hatch/ISL Ingénierie.

Les groupes hexagonaux se heurtent à la montée de la concurrence allemande. Fichtner figure également sur la short-list pour Buyo. Le groupe Siemens, qui vient de se rapprocher d’Alstom, vient de signer un Memorandum of Understanding « MOU » de plusieurs centaines de millions € pour le secteur de l’énergie avec les autorités ivoiriennes. Joe Kaeser, grand patron de la firme allemande, a un accès direct à Alassane Ouattara.

LA LETTRE DU CONTINENT DU 11 OCTOBRE 2017

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire