PARTAGER

« Il ne reste plus que 40.000 réfugiés ivoiriens dont 20.000 au Liberia, 11.000 au Ghana, 7.000 en Guinée. »

La ministre ivoirienne en charge de la cohésion sociale Mariatou Koné a indiqué mardi que le gouvernement est « optimiste » pour un retour massif au pays des Ivoiriens exilés et réfugiés dans d’autres pays depuis la crise post-électorale de 2010 à 2011.

« Nous sommes optimistes et confiants. La tendance est pour un retour massif en Côte d’Ivoire », a déclaré Mme Koné lors d’un entretien avec des médias.

La ministre faisait le point des missions qu’elle a effectuées successivement au Libéria et au Ghana afin d’encourager les réfugiés et exilés à retourner au bercail pour prendre une part active dans la reconstruction du pays après la crise.

« Il ne reste plus que 40.000 réfugiés ivoiriens dont 20.000 au Liberia, 11.000 au Ghana, 7.000 en Guinée. Notre objectif est de faire rentrer tous les 40.000 d’ici la fin de l’année », a expliqué Mariatou Koné, soulignant que le gouvernement est déterminé à accompagner le retour volontaire de réfugiés.

« Les préoccupations liées aux garanties sécuritaires seront traitées », a-t-elle promis.

Lors d’une adresse à la Nation à l’occasion du Nouvel An, le président Ouattara avait exhorté tous ses compatriotes à s’investir pleinement pour le retour d’une paix définitive dans le pays.

Au plus fort de la crise post-électorale qui a déchiré la Côte d’Ivoire, de nombreux Ivoiriens, majoritairement pro-Gbagbo, avaient pris le chemin de l’exil.

Selon des statistiques du Service d’assistance et d’aide aux réfugiés et apatrides (SAARA) et du Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), sur près de 300.000 Ivoiriens qui avaient quitté le pays au début de la crise pour se réfugier dans des pays limitrophes, deux tiers ont pu être rapatriés à ce jour.

Les autorités et les organisations humanitaires continuent la sensibilisation, pour le retour « dans la sécurité et la dignité » des personnes en exil, estimant que la normalité est effective dans le pays.

Xinhua

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire