PARTAGER

Face au «refus» de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies d’écouter le personnel national revendiquant selon leur porte-parole, “à juste titre” leurs indemnités de départ comme le recommande l’article 8 du statut du personnel, ces deniers ont décidé de se mettre en grève pour trois jours. La grève concerne les localités d’Abidjan, Daloa et Bouaké.

Une manifestation du personnel national de l’ONUCI a même été organisée ce mercredi devant les locaux de ladite institution situés dans l’ancien hôtel Sebroko à Abidjan.

La représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies pour la Côte-d’Ivoire reste, selon le personnel, reste fermée à tout dialogue.

Écoutons leur porte-parole : “Pire elle fait croire à New York qu’elle maintient un dialogue permanent avec le staff local. Depuis le 20 mai elle a décidé de ne plus parler à l’association du personnel local sous prétexte que le personnel lui aurait manqué de respect. En tout état de cause le staff local continue à demander ses indemnités et le paiement dans un temps raisonnable de ses cotisations. Ceci, est prévu par l’article 9.3 ancien et l’article 9.6 du statut du personnel de 2014. »

Connectionivoirienne

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire